Retour

Le sport et les jeunes (article 3 de 3)

Pour quiconque souhaiterait en apprendre davantage sur le sujet du sport et des enfants aux différentes étapes de leur croissance, il existe un grand nombre de ressources et de guides. Le Gouvernement du Québec a récemment rassemblé à l’intérieur du document « Fondements de la pratique sportive au Québec », une mine d’informations pertinentes et dignes du plus grand intérêt1 à l’attention de tous les acteurs qui s’occupent, de près ou de loin, d’encadrer les jeunes dans l’activité sportive.

Depuis quelques années, le Programme National de Certification des Entraîneurs, en partenariat avec le Gouvernement du Canada, a mis en place un guide à l’usage des parents, des entraîneurs, des éducateurs et acteurs des milieux sportifs canadiens, bref, à tous ceux qui gravitent autour des jeunes sportifs, afin de faire prendre conscience des enjeux de la spécialisation sportive précoce. Avec l’aide d’experts, ils ont déterminé sept stades de croissance et élaboré des recommandations propres à chacun. En découle le modèle de Développement à long terme du participant / de l’athlète (DLTP/A), « fondé sur les possibilités d’entraînement et de compétences optimales dont les enfants doivent bénéficier pour apprécier le sport et offrir les meilleures performances possibles »2. Avec sa définition plus inclusive du sport, le Québec affirme ne « pas adhérer à la démarche pancanadienne ASCV-DLTP/A […], étant donné [ses] trois axes de la culture sportive, la description de [ses] cinq contextes de la pratique sportive ou [la compréhension différente du] cheminement du talent sportif vers le haut niveau »3. Néanmoins, le DLTP/A n’en demeure pas moins l’une des principales références en matière de développement des jeunes athlètes au Canada.

 

Les 7 stades du DLTP/A

Les recommandations pour une pratique sportive saine, adaptée aux stades spécifiques de la croissance des jeunes

 

 

Enfant actif
garçons et filles de 0-6 ans

À cet âge, l’enfant apprend d’abord à se tenir debout, à marcher, puis à courir. L’activité physique devrait faire partie de son quotidien et être abordée sous forme d’exploration de son environnement, comme le parc, les aires de jeux, etc. Laissez-le aller librement où il le souhaite, tout en assurant sa sécurité.

 

S’amuser grâce au sport
garçons de 6-9 ans et filles de 6-8 ans

En prenant de l’assurance, l’enfant pourrait être introduit à des notions d’habileté, de coordination, d’équilibre, de vitesse et d’endurance générales, le tout dans une atmosphère amusante et de jeu non structuré. L’idée ici est de faire participer votre jeune à des activités variées et de courte durée, plutôt qu’une seule longue séance d’entraînement. C’est d’ailleurs à ce stade que votre enfant pourrait avoir ses premiers contacts avec l’entraîneur ou l’entraîneuse d’un club.

 

Apprendre à s’entraîner
garçons de 9-12 ans et filles de 8-11 ans

À éviter : une spécialisation trop hâtive. Encouragez votre fille ou garçon à varier ses activités sportives, car le fait de se coltiner à une seule discipline ou position pourrait avoir un effet négatif sur sa capacité à développer d’autres habiletés. Par exemple, vous pourriez lui offrir le choix de trois sports différents. Veillez aussi à bien moduler sa participation à des compétitions, car pour réussir, il faut d’abord s’entraîner. Pour leur part, les rencontres sportives devraient toujours centrées sur l’accomplissement personnel plutôt que sur la gagne.

 

S’entraîner à s’entraîner
garçons de 12-16 ans et filles de 11-15 ans

Ce stade débute réellement quand les garçons et les filles amorcent leur poussée de croissance et peut donc varier d’un jeune à l’autre. Votre jeune gagne en autonomie, il commence à manifester une préférence pour un sport ou une position, mais il est encore trop tôt pour parler de spécialisation. Il y développe sa capacité aérobie, tout en peaufinant les habiletés apprises précédemment. L’objectif de ce stade est d’appliquer les principes appris à l’entraînement et non de gagner à tout prix, tout en faisant face aux défis physiques et psychologiques que représente la compétition. Votre rôle en tant que parent est maintenant beaucoup plus celui du conseil et de l’écoute.

 

S’entraîne à la compétition
garçons de 16 à ± 23 ans et filles de 15 à ± 21 ans

Cette étape est abordée comme un développement de l’athlète en tant que jeune adulte. Votre ado n’est plus qu’une joueuse de soccer. Elle est une ailière ou une défenseure. Il ne fait plus que de « l’athlétisme », mais court des 800 mètres ou du saut en longueur, etc. On tend vers une personnalisation de l’intensité et de la récupération en fonction des besoins de chacun, ainsi que vers l’application de préparation physique et mentale adaptées à des compétitions de haut niveau.

 

S’entraîner à gagner
garçons de 19 ans et + et filles de 18 ans et +

Ce stade concerne les athlètes qui sont prêts et qui ont les habiletés nécessaires pour se mesurer aux plus hauts niveaux de compétition. Par conséquent, il ne concerne qu’une infime partie de la population. Il comporte un entraînement physique et psychologique dont les facettes sont la force, l’endurance, la flexibilité, la nutrition et la préparation mentale, planifié sur des cycles qui s’étendent sur plusieurs mois/années en fonction des objectifs compétitifs.

 

Vie Active
peut être amorcée à tout âge

Ce stade survient normalement après l’étape « Apprendre à s’entraîner » et concerne aussi bien les athlètes qui se reconvertissent après leur carrière sportive que les gens qui continuent à s’entraîner, sans pour autant prendre part à la compétition de haut niveau. Il concerne donc tout le monde, à un moment ou à un autre de leur vie! Que ce soit pour se reconvertir dans l’administration du sport, pour s’adonner à des compétitions de moins grande intensité ou pour encadrer les jeunes et veiller à la passation du flambeau, les options sont multiples pour quiconque souhaite s’investir dans le sport de façon saine et durable.

 

 

Même s’il débouche sur la pratique d’un sport à haut niveau, le DLTA vise tout le monde, à un moment ou à un autre de leur vie, en ce qu’il sert de guide pour quiconque souhaite insuffler des habitudes de vie saines et durables à ses rejetons. Bien sûr, les âges qui engobent les différents stades offrent un spectre assez large ; certaines étapes peuvent être abordées plus tôt ou plus tard que d’autres, selon le développement de votre bambin. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’en matière de développement sportif chez les jeunes, de nombreuses ressources existent. Une simple visite sur le site internet de Sports Québec saura vous convaincre, où sont listées les fédérations québécoises propres à chaque sport, avec des informations et des recommandations sur les façons d’aborder l’activité physique à tout âge.

Pour les enfants, la FQA a mis en place un tout nouveau programme, baptisé Cours/Saute/Lance/Roule pour les enfants de 6 à 12 ans, dont l’objectif est « d’établir des bases solides pour tous les sports » dans un cadre sécuritaire et amusant. Puisqu’avant l’âge de 12-13 ans, les jeunes ne devraient pas se spécialiser dans un sport, ceux-ci sont stimulés par des activités variées tournant autour des habiletés « de la course, du saut, des lancers et des déplacements en fauteuil roulant avec des progressions adaptées à l’âge ». « Au moins 20 clubs » offriraient ce programme dans leur offre de cours à partir du mois de septembre 2019. De quoi inciter plus d’un à « sauter » le pas!

 

Retour au Blogue

 

 

 


Sources :
1 Albert Marier, Eric Pilote (rédaction & coordination), Direction du sport, du loisir et de l’activité physique. « Fondements de la pratique sportive au Québec », Bibliothèque et Archives Nationales du Québec, 2019. Disponible en ligne : [http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/publications/Fondement-pratique-sportive-au-Quebec.PDF].
2 « Informations sur le développement à long terme de l’athlète pour les parents », Programme national de certification des entraîneurs, p.2. Disponible en ligne: [https://www.coach.ca/files/CAC_7516A_11_LTAD_French_Brochure_FINAL.pdf].
3 Albert Marier, Eric Pilote (rédaction & coordination), Direction du sport, du loisir et de l’activité physique. « Fondements de la pratique sportive au Québec », Bibliothèque et Archives Nationales du Québec, 2019, p.34. Disponible en ligne : [http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/publications/Fondement-pratique-sportive-au-Quebec.PDF].

 

Ressources supplémentaires :
Merci au Dr Dave Ellemberg, professeur titulaire à l’École de kinésiologie et des sciences de l’activité physique de la Faculté de Médecine de l’Université de Montréal, pour les sources et la pédagogie ayant permis d’écrire ce texte.
Judith Lefebvre, Laurent Godbout (coordination et production). « Guide Technique – Organisation en course sur route », Fédération Québécoise d’Athlétisme, en collaboration avec le Ministère de l’Éducation des Loisirs et des Sports. Disponible en ligne : [http://vienscourir.com/medias/guide-course-fqa2013.pdf].