Retour

Les catégories de chaussures de course à pied

Course sur piste

Caractéristiques spécifiques de la surface

La surface d’une piste d’athlétisme est généralement poreuse et lisse ce qui permet, voire requiert, l’usage de souliers à pointes (spike).

 

Caractéristiques spécifiques des chaussures

La chaussure à pointes garantit une adhérence optimale à la surface. La chaussure de demi-fond court et de demi-fond long est munie d’une semelle intermédiaire très mince au talon alors que la chaussure de sprint est dépourvue de semelle intermédiaire. Elle est très légère et flexible. Elle peut être munie de pointes de métal ou d’acrylique variant de 5 mm à 8 mm pour les courses sur piste et de 9 mm à 15 mm si elle est utilisée en cross-country.

 

Type de support et d’absorption requis

Cette chaussure n’offre aucun support et aucune protection contre l’impact. Ce n’est absolument pas son rôle. Elle doit permettre au coureur de bien « sentir » la surface de la piste et favoriser le déroulement naturel et rapide du pied.

 

Rigidité de la semelle

La semelle est souple et légère et la partie avant (qui reçoit les pointes) est généralement flexible.

 

Durée de vie/signes d’usure

La durée de vie d’une telle chaussure est relativement longue puisqu’elle est utilisée surtout en compétition. L’état de l’usure se mesure souvent par l’état de l’empeigne.

 

Course sur route ou en sentiers aménagés

Caractéristiques spécifiques de la surface

Surface sans irrégularités et de niveau, sauf pour les accotements de route et les trottoirs qui sont légèrement inclinés afin de favoriser l’écoulement de l’eau. Densité variable allant du béton à la terre battue, en passant par le tapis roulant.

Caractéristiques spécifiques des chaussures

Munie d’un système d’absorption et de stabilité adapté à la spécificité mécanique de la course à pied, la chaussure est conçue pour un déplacement linéaire. Son rôle est d’absorber l’impact inhérent à l’activité, de contribuer à la stabilité requise et d’assurer le confort afin d’aider, entre autres, à prévenir l’apparition des blessures.

 

Type de support et d’absorption requis

Il existe trois catégories de chaussures d’entraînement pour la route et les sentiers aménagés : neutre, de stabilité et de contrôle. Tous offrent des niveaux d’absorption et de stabilité différents. Les souliers d’entraînement léger (light trainer) et les souliers de compétition (racing flat), forment quant à eux, deux catégories spécialisées incluses dans les chaussures de route et offrent, en théorie, moins de protection et de support que les chaussures d’entraînement.

 

Rigidité de la semelle

Règle générale, les souliers neutres sont munis d’une semelle intermédiaire souple à une seule densité, tandis que les souliers de stabilité possèdent une semelle intermédiaire qui comporte une densité plus importante du côté interne. Les chaussures de contrôle sont par ailleurs dotées d’un support maximal et d’une semelle plus rigide. La rigidité de la semelle varie selon les catégories et les modèles.
Le choix de la catégorie et du niveau d’absorption et de stabilité requis sont déterminés en fonction de la morphologie du coureur, de patron moteur, de l’intensité de son entraînement et de la surface sur laquelle il court. L’expertise d’un connaisseur est indispensable à une telle analyse.

 

Durée de vie/signes d’usure

La littérature et Internet regorgent d’informations à ce sujet et situent la durée de vie des chaussures de course entre 800 km et 2000 km. L’écart est énorme et la réalité pour la moyenne des coureurs pourrait se situer entre 1200 km et 1600 km. Cependant, tous ne s’entendent pas là-dessus. Les différences reposent sur le poids du coureur, son patron moteur, la surface et les chaussures utilisés. Retenir la date d’achat et noter les distances hebdomadaires moyennes courues permet de donner un bon indice du kilométrage d’une chaussure.

Course en sentiers accidentés

Caractéristiques spécifiques de la surface

Sentiers légèrement aménagés ou non aménagés avec relief. En général, les sentiers représentent une surface plus « amicale » que le béton ou l’asphalte parce qu’ils participent, dans une certaine mesure, à l’absorption de l’impact. L’impact est cependant accentué lors de la descente.

 

Caractéristiques spécifiques des chaussures

Ces chaussures peuvent également être utilisées pour courir sur la neige. Certaines sont alors munies de crampons métalliques.

 

Type de support et d’absorption requis

Les souliers de course en sentiers offrent plus de support qu’un soulier de route, mais sensiblement moins d’absorption puisque l’impact est en partie absorbé par la surface.

 

Rigidité de la semelle

Sensiblement plus rigides que sur les souliers de route, les semelles de sentier demeurent tout de même flexibles pour ne pas nuire au déroulement naturel du pied. Elles doivent également permettre au coureur de bien « sentir » la surface de course afin ne pas entraver les mécanismes de proprioception, c’est-à-dire la perception inconsciente (à travers les stimulis du système neuromusculaire) des parties du corps, de leur position et de leur mouvement dans l’espace, sans que l’individu ait besoin de les vérifier avec ses yeux. C’est d’ailleurs cette perception inconsciente qui permet d’éviter les entorses à répétition…

 

Durée de vie/signes d’usure

Puisqu’il existe une grande variété de conditions en sentier, il est plutôt difficile d’établir un kilométrage moyen au-delà duquel une chaussure spécialisée pour la course en sentier est usée. C’est l’état de l’empeigne, du contour du talon, de la semelle intermédiaire et de la semelle extérieure qui peut témoigner du niveau d’usure de la chaussure. La durée de vie peut cependant varier selon le type d’utilisation.

 

Entretien

Souliers mouillés

Il faut éviter de faire sécher les chaussures de course près d’une source directe de chaleur (foyer, calorifère, radiateur, etc.) puisque c’est très dommageable pour les matériaux. On recommande plutôt de retirer les semelles intérieures, de bourrer l’intérieur de papier et de placer les chaussures dans un endroit aéré. Voilà une méthode qui permet un séchage rapide et qui n’endommage pas les chaussures.

 

Nettoyage

Il faut éviter la laveuse même si le résultat est impeccable. Cette méthode endommage également les matériaux. Une solution efficace et peu coûteuse? Une brosse et de l’eau savonneuse. Il existe également des produits conçus spécifiquement pour le nettoyage des chaussures.

 

Trucs contre les odeurs

Éviter de courir pieds nus dans les chaussures; retirer les semelles intérieures après l’entraînement; éviter de laisser les chaussures mouillées dans le sac de sport pendant des jours; bien les aérer, tout cela aidera à diminuer l’apparition des odeurs. Toutefois, lorsque le mal est fait, des billes de parfum ou des produits antibactériens peuvent venir à votre rescousse.